Santos Morte en el segundo taller

SANTOS MORTE: “La Société aux yeux de son fondateur” (chapitre 2)

  |   2017, Entrevista, Somos Morte   |   No comment

L’origine de Talleres Morte

En 1975, les deux frères ont pris des chemins différents et Santos s’est mis à son compte dans un rez-de-chaussée de 70 m2 en location, dont seulement 20m2 étaient recouverts de tuiles, sachant qu’il était très difficile de faire des filières à ce moment-là dû au manque d’équipements pour les fabriquer.

Le 26 mai 1975, à 8 heures du matin, Santos entrait dans sa nouvelle entreprise,… mais à 10 heures du matin l’étau-limeur qu’il avait acheté s’arrêta de fonctionner. Il a dû acheter un nouvel étau-limeur avec le peu d’argent qu’il avait.

Les filières devaient être faites de manière quasi artisanale puisque le matériel existant était très primitif.

À cette époque, Santos était déjà conscient de la valeur de l’innovation dans l’entreprise. C’est pourquoi l’une des premières décisions prises fut celle de faire breveter le Système de chemise en acier et un nouveau système d’étrier spécial pour filières.

C’est sur cette base que le succès de MORTE s’est construit.

La même année, il s’est acheté le premier four de trempage étant donné qu’il ne trouvait personne pour tremper ses filières.

Santos se souvient qu’il faisait le trempage la nuit pour que le village ne manque pas d’énergie. Lorsque le four refroidissait, il profitait parfois de la chaleur pour rôtir un chevreau ou un cochon de lait. En le remémorant, une lueur s’illumine dans ses yeux.

Santos se souvient qu’un des premiers projets qu’il a réalisé était pour Ladrilleras Alavesas, il rendait visite aux clients en taxi accompagné de son beau-frère, et ils mangeaient des sandwichs à la tortilla ou au chorizo qu’ils apportaient de chez eux.

 

Le business augmente – Le métal dur

Quatre ans plus tard, il a acheté une maison et a déplacé l’atelier à un rez-de-chaussée de 250 m2.

MORTE commence à devenir une référence dans la fabrication de filières au niveau national, grâce à Santos qui garde la même philosophie d’innovation continue, par le biais d’une recherche constante de solutions pour que ses filières soient les plus rentables du marché.

En 1978, un des frères habitant à Granollers l’a informé qu’il y avait une entreprise en Catalogne qui utilisait pour travailler une matière qu’ils appelaient « Métal Dur ». Cela a éveillé directement la curiosité de Santos, il a réalisé des dessins sur papier, en recherchant la manière de le monter et il est parti voir s’il était possible d’en fabriquer.

Il a apporté la filière à Cerámica Cuesta, une entreprise de Ségovie, en leur demandant de la tester dans leurs établissements et de l’informer au moment de la mise en place. Le temps passait, un jour, deux… une semaine, et il n’avait toujours pas de nouvelles.

Finalement, Santos n’a pas pu attendre plus longtemps et il les a appelés. En réalité, ils avaient déjà monté la filière sans l’informer… et ce qu’il y a de plus important « ça marchait comme sur des roulettes !! »

Santos avait pris 15 ans d’avance sur sa concurrence.

La nouvelle s’est répandue comme une traînée de poudre dans l’industrie céramique. Une filière réalisée dans une matière capable de résister bien plus à l’abrasion que toutes autres filières !!

Cela a engendré une croissance des ventes de l’entreprise, accompagné de nouvelles embauches et d’achats de machines, tout en continuant bien sûr à rechercher des solutions là où personne d’autre que Santos Morte ne les voyait.

En 1990, l’entreprise s’est déplacée dans de nouveaux établissements de 550 m2 et, en 1995, ils ont été agrandis à 1.100 m2.

Jusqu’à ce moment-là, il travaillait 11 heures par jour, parce que comme il le dit, il aimait le travail, et dans l’entreprise toute la famille collaborait, même sa femme, Esperanza, et les enfants, qui même lorsqu’ils étaient petits pouvaient toujours rendre quelques services.

 

Filières pour Thermo-argile

En 1992, l’Association Espagnole des Fabricants de Briques et de Tuiles en Argile Cuite (Hispalyt) a acheté en Allemagne et en Italie plusieurs filières pour la fabrication de blocs en thermo-argile, car ils considéraient qu’en Espagne aucune entreprise n’avait la capacité pour les fabriquer.

Santos Morte s’est proposé pour réaliser la mise au point de ces filières et évaluer les avantages et les inconvénients des deux filières. C’est pourquoi en voyant leurs défaillances, il a dessiné une nouvelle manière de les fabriquer, en améliorant leur qualité.

A partir de ce moment-là, l’industrie céramique en Espagne n’a plus jamais acheté une filière pour Thermo-argile hors de l’Espagne.

Cela a engendré pour l’entreprise une énorme charge de travail.

Marcos Morte, le fils aîné, a rejoint l’entreprise en 1991, et une de ses premières actions a été l’intégration du système de conception CAD pour le design industriel. De plus, les premières machines de contrôle numérique ont été mises en place ainsi que le premier outil de coupe par électroérosion à fil en 1992 (le second a été acquis en 1993). Il y avait de plus en plus de nouvelles machines, des machines qu’il devait tester et évaluer leur possibilités afin d’en tirer le meilleur rendement possible.

Tout cela a provoqué un grand changement au niveau du processus de production étant donné que les filières étaient fabriquées avec bien plus de précision, il fallait contrôler tout le processus de production selon les stricts standards de qualité exigés et réduire fortement les temps de production.

Le succès de ce système, rappelle Santos, se base sur le fait que la culture d’entreprise, favorisant l’innovation et misant sur l’excellence, a été instaurée avant le changement du modèle productif, qui a porté ses fruits dans un contexte propice, facilitant sa mise en place.

Le fait de miser sur la fabrication de filières pour blocs de Thermo-argile fut, sans l’ombre d’un doute, un énorme tremplin pour MORTE. Entre 1992 et 2000, de nombreuses filières pour thermo-argile et pièces de rechange ont été fabriquées, engendrant un renouvellement et une augmentation non seulement des locaux et des équipements mais également du personnel. (Si en 1990, 8 personnes travaillaient chez Morte, en 1995 ce chiffre avait doublé et en 2000 il y avait déjà 34 personnes).

En 1995, le nom de l’entreprise a été modifié passant de Santos Morte à Talleres Morte et les locaux ont été agrandis à 1100 m2.

Raúl Morte, son second fils, a rejoint l’entreprise en 1996, travaillant côte-à-côte avec son père et passant par tous les services de l’entreprise.

 

No Comments

Post A Comment